post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

Cinéma. Ex_Machina, le futur de l'intelligence artificielle



Prix du jury au dernier festival de Gérardmer, ce film de SF intimiste, intelligent et captivant traite en profondeur le sujet de l'intelligence artificielle.

Premier film d'Alex Graland, et premier long-métrage prometteur du romancier (La Plage) et scénariste britannique (28 jours plus tard et Sunshine), Ex Machina dégage une atmosphère envoûtante en huis clos et pose plusieurs questions sur le devenir de l'homme, notamment la différence entre une intelligence artificielle et l'esprit humain, ou encore, à partir de quel moment une IA sera suffisamment puissante pour poser des problèmes à l'humanité ?

Le synopsis : Calec, jeune geek de 24 ans et codeur vituose, gagne un concours de programmation par sa boite, avec, à la clé, un séjour gratuit quelque part dans un lieu secret des montagnes de Norvège. Sur place, il est accueilli par Natan Baterman, son patron, un savant fou solitaire, inventeur du Blue Book, un moteur de recherche futé (Google bis) qui à fait sa fortune.

Très rapidement, Calec découvre les vraies raisons de sa présence dans ce chalet high-tech qui est en réalité un centre de recherche bunkerisé. Le but de sa mission est de participer en tant que testeur humain à une fascinante expérience dans laquelle il devra évaluer les capacités cérébrales de la première intelligence artificielle, une humanoïde nommée Ava, à la fois séduisante, sophistiquée et qui se nourrie des données générées par le moteur de recherche de son créateur Natan.

Un nouveau monde

Pour le commun des mortels, le film fait réfléchir à ce qui est en train de se jouer actuellement entre l'homme et la machine. En effet, même si la science à fait un bond de géant, aucun expert de sciences cognitives ne prévoit dans un avenir à moyen/long terme une forme si avancée d'intelligence artificielle robotisée.

Pour autant dans le secret des laboratoires, des milliers de chercheurs travaillent sur des technologies émergentes et une forme de transhumain, autrement dit une fusion homme-machine dans une ère supérieure, appelée à remplacer un jour une humanité biologique telle que l'affirme la théorie de la singularité. Sachant que pour le célèbre ingénieur, chercheur et futurologue américain Ray Kurzweil, la « singularité » ou atteinte, par les machines, de la prédominance en intelligence sur les humains devrait intervenir vers 2050.

L'Homme amélioré et réparé

Aujourd'hui, la difficulté est de situer la frontière entre ce qui existe déjà, ce qui se prépare et la science-fiction qui peut changer le monde. Car à bien y réfléchir, un iphone est ni plus ni moins une extension électronique de nous-même capable d'embarquer une foule d'applications qui permettent de devenir un humain amélioré. En outre, depuis quelques années se développe un nouveau genre de technologies regroupées sous la dénomination d'« implants TIC » (TIC pour Technologies d'Information et de Communication), qui vise à trouver essentiellement des applications médicales. Et, l'univers des possibles est immense.

Ainsi, depuis quinze ans, des personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent bénéficier d'implants et d'électrodes dans le cerveau pour le stimuler électriquement et contrecarrer les symptômes de la maladie. On peut citer encore, l'implant cochléaire, un implant électronique placé sous la peau qui vise à restaurer un certain niveau d'audition à des personnes souffrant d'une lourde surdité en transformant les données acoustiques en signal électrique transmis au nerf auditif. Enfin en 2015, l'implantation d'une rétine artificielle ou oeil bionique (Argus II), permet de retrouver partiellement la vue à des patients non-voyants ou malvoyants atteints de formes de dégénérescence de la rétine.

Progrès ?

Cela va si vite que finalement la réalité dépasse presque la fiction et il arrivera bien un moment où une puce implantée dans notre cerveau modifiera ou surpassera la capacité de notre cerveau, voir même dématérialisera nos contenus cérébraux en les stockant sur des supports numériques pour atteindre une forme de pensée immortelle. Une ligne infranchissable pour certains membres de la communauté scientifique et le cofondateur de Microsoft pour qui l'intelligence artificielle constitue une future menace pour notre existence.

VIDEO
video
Ex Machina - Bande-annonce officielle VF [HD]

En attendant ce jour prochain, le film Ex Machina nous embarque dans une véritable expérimentation scientifique en adéquation avec l'évolution technologique actuelle, abordant la question de l'attirance homme-humanoïde, ainsi que l'analyse éthique avec une série d'interrogations et d'oppositions sur la construction d'un esprit artificiel et d'un corps instrumental à parfaire.

Le casting réunit un trio qui fonctionne à merveille, avec Natan Baterman (Oscar Isaac) le savant fou milliardaire, Calec (Domnhall Gleeson) chargé de faire passer le test de Turing pour découvrir jusqu'où va la réflexion de cette créature interprétée par Alicia Vikander dans le rôle de Ava, la douce mais aussi, espiègle et joueuse hybride android/femme. Le scénario s'articule autour de la relation entre les trois personnages avec huit Sessions pour souligner la progression du test dans une atmosphère étrange et forte.

Présenté en ouverture au dernier festival de Gérardmer 2015, le film à obtenu le prix du jury, n'affiche aucune intention de bousculer un sujet maintes et maintes fois revisité depuis les dernières années de Blade Runner à Ghost In The Shell en passant par A.I., mais profite d'un scénario sobre, bien ficelé et d'une mise en scène bien maitrisée. Enfin, il incite avec subtilité le spectateur à mener une réflexion de fond sur l'idée qu'on pourra bientôt faire émerger une humanité augmentée par la technologie avec une espèce nouvelle, celle du "transhumain".


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :