post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

Oureparer.com, réparer les objets c'est mieux pour la planète



Lauréate des Grands prix de l'Innovation décernés par la ville de Paris, cette startup mise sur la réparation pour réduire drastiquement le nombre d'objets et d'appareils jetés inutilement.

Alors que la conférence internationale sur le climat, la COP 21, se déroule à Paris du 30 novembre au 15 décembre, avec un objectif essentiel, faire tous ensemble les efforts nécessaires pour qu'on de dépasse pas 2°C d'augmentation de température moyenne à la fin du siècle. L'écologie, on dit oui tout de suite, mais après ? Même si l'accord est signé, l'enjeu reste de mettre en oeuvre ce plan de sauvetage global. Car, à l'échelle du monde, chacun est concerné par la feuille de route climat, les industriels, les entreprises, les collectivités, les Etats et leur population, soit 7 milliards d'humains.

Bien sûr, dans ce combat pour préserver la planète, toule monde n'est pas logé à la même enseigne, ainsi sur le continent africain : sur un milliard d'habitants, seuls un quart ont accès à l'électricité. A contrario, dans nos sociétés d'hyper-consommation, avec un peu d'organisation et quelques gestes simples chacun peut participer à cette mobilisation. Un exemple parmi d'autres : adopter le réflexe de débrancher certains appareils électrique (TV, informatique, chaîne-hifi...), via une multiprise avec interrupteur, réduit la production de CO2 par appareil d'environ 2kg sur une année.

Du côté des entreprises technologiques, de nombreux projets dans l'éolien ou le solaire contribuent directement depuis plusieurs années à la lutte contre le changement climatique. Adopter de bonnes pratiques tout au long des chaînes d'approvisionnement et de fabrication, c'est aussi la promesse des majors de l'industrie. Enfin, des start-ups de plus en plus nombreuses, oeuvrent concrètement pour l'environnement (Glowee, Ecovelo, Zéro-gachis,...), notamment, pour lutter contre le gaspillage sous toutes ses formes. Car, on jette de plus en plus, preuve en est 41,8 millions de tonnes de e-déchets ont été générés en 2014, soit 32% de plus qu’il y a 5 ans ! C'est dans cet optique de devoir changer notre manière de consommer et de faciliter la réutilisation de nos objets et appareils défaillants qu'est venu l'idée du site Ouréparer.com.

Constatant que la réparation des objets courants demeure difficile, François Penin et Clément Follin-Arbelet, deux jeunes entrepreneurs français ont créé Oureparer.com, une plateforme Internet de mise en relation de personnes souhaitant faire réparer un objet, un appareil, ou même une voiture. Mais ce site ne se préoccupe pas uniquement de la mise en relation, entre le particulier et le réparateur, il s'inscrit dans le processus de l'économie circulaire, avec une volonté d'allonger la durée de vie des appareils, et de réduire la quantité des déchets pour limiter l'impact environnemental.

VIDEO
video
OùRéparer.com, le concept de la première plateforme de la réparation

Le fonctionnement est simple, le client se crée un compte gratuitement, poste une demande de réparation avec les informations nécessaires sur la marque, le modèle, la qualité de l'objet (Mobile, Informatique, Electroménager, High-tech...), et de la réparation recherchée, puis un algorithme va envoyer cette demande de devis gratuite aux réparateurs se situant au plus près du client. Parmi ces derniers, ceux qui le souhaitent peuvent ensuite envoyer une offre de réparation au client avec son prix. C'est alors au client de comparer les prix et de choisir si une offre lui semble plus intéressante que les autres, avant de prépayer le service à hauteur du devis. Le paiement sera effectif une fois la réparation effectuée en donnant un code de paiement au réparateur.

Le paiement sur OùRéparer.com est évidemment sécurisé, et depuis son ouverture, le site a essentiellement attiré des demandes de réparations concernant l'électronique ou l'électroménager. Pour autant, tous les objets pouvant être réparés peuvent être soumis à Oureparer.com, qu'il s'agisse d'un jouet, d'un collier ou d'un vêtement. Le statut de réparateur n'est pas ouvert à tout le monde, puisqu'il faut être professionnel avec un statut légal. Cela est gage de sécurité pour les clients, qui peuvent noter et laisser un commentaire sur leur relation avec chaque réparateur.


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :