Selectionnist, le savoureux cocktail du Ecommerce et de la presse de mode

post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz
Relier le print au digital c'est un peu la quadrature du cercle, cette plateforme s'y attelle en permettant de retrouver les dernières tendances vues dans les magazines pour ensuite se les procurer facilement sur le web.

Après avoir créé Dealissime, un site spécialisé dans l'achat groupé de coupons, Lara Rouyres et Tatiana Jama, deux entrepreneuses pleines d'imagination et d'initiative, ont lancé début février leur nouveau projet, qui répond au jolie nom de « Selectionnist » et rappel que pour capter les esprits des consommateurs, il faut aussi faire le choix d'un nom de marque efficace qui explique ou commence à expliquer quelque chose.

Il y a des idées si simples qu'on se demande pourquoi personne n'y avait pensé plus tôt et qui de surcroit sont un succès immédiat. Le défi de Selectionnist est le suivant : regrouper les produits tendances que l'on trouve dans les différents magazines féminins de mode comme Gala, Grazia ou Vog, les exposer avec une illustration et/ou une description, et faire des renvois vers les pages magazines qui sont consacrées à tel produit, collection, ou marque, afin que vous puissiez en savoir plus, et éventuellement, acheter cette paire de chaussures ou ce haut sur lequel vous avez flashé.

Autrement dit, on mixe avec délice, la presse magazine féminine, les marques et le journalisme de mode pour en faire une plateforme très visuelle à partir de laquelle ses utilisateurs, essentiellement des consommatrices, seront redirigées vers des sites marchands, avec bientôt la possibilité de réserver le produit en ligne pour le récupérer ensuite dans un magasin physique.

Du côté startup, la formule du site est très bien pensée, par l'équipe de Selectionnist, notamment en ce qui concerne son modèle économique, puisque chaque marque dont les produits sont présents sur Selectionnist délivre une rémunération fixe au site, qui peut varier dans ses modalités (à l'année ou au trimestre par exemple). Les accords conclus avec les marques peuvent ainsi s'élever jusqu'à 50 000 euros, et c'est en fonction justement de cet accord que le site mettra plus ou moins en valeur les produits. A l'heure actuelle, de nombreuses grandes marques sont déjà présentées sur ce nouveau venu dans le marché de la mode, comme Cartier, Gucci, Givenchy ou encore Chanel.

Le site n'est pas rémunéré pour tous les produits qu'il propose, mais à côté de la rémunération fixe décrite ci-dessus, il y a également une rémunération variable, qui dépend du trafic apporté sur les sites de distributeurs comme Amazon, Mytheresa ou Nuagerouge. L'éventuel futur succès du site va dépendre de sa capacité à se faire connaître auprès de sa clientèle, qui est principalement, la lookeuse de stars ou l'acheteuse de mode en ligne, ou encore de sa force d'interaction avec la presse en ligne. Mais n'oublions pas que le site n'a que quelques semaines d'existence.


à lire aussi

  • Leap Motion, la fin de la souris ?
    Les souris, joysticks, écrans tactiles et trackballs vont-ils finir à la casse ? Leap Motion, boîtier de la taille d'une grosse clef USB, permet maintenant d'utiliser son ordinateur de façon...
  • CultCut, les répliques cultes du cinéma sur mobile
    Les répliques de film font partie de notre quotidien. Du « C'est c'la oui » de Thierry Lhermitte dans Le Père Noël est une ordure au « I'll be back » d'Arnold...
  • Le réseau social novateur qui paye ses utilisateurs
    Depuis quelques années, les réseaux sociaux se spécialisent et se multplient, tout le monde où presque utilise au moins un réseau et la valeur financière de ces plateformes augmente chaque...
  • La lutte contre le cancer, nouveau défi de Google
    Il n'est secret pour personne que Google investit massivement dans la recherche médicale depuis plusieurs années, notamment par le biais de son laboratoire Google X. Mais en annonçant qu'elle...