post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

Cinéma. 007 Spectre, un retour aux sources de la saga



Cette 24ème aventure du célèbre espion britannique marque un retour aux sources de la saga et préserve l'héritage de Fleming.

Daniel Craig, bien rodé, ré-endosse pour la quatrième fois le costume-cravate de l'agent 007, après Casino Royale (2006), Quantum of Solace (2008) et Skyfall (2012). Les traits un peu tirés, mais toujours bien là, efficace, destructeur et spectaculaire, c'est sans doute le meilleur James de toute la série bondienne, car le plus fidèle au personnage de Ian Fleming.

Avec ce nouvel opus, le deuxième consécutif signé par le brillant réalisateur Sam Mendes, Spectre, s'inscrit comme une conclusion aux aventures de l'espion britannique interprété par Daniel Craig et la suite logique du fantastique Skyfall qui fêtait les 50 ans de 007. Un James Bond vu en France par sept millions de spectateurs, un film profond, sans gadgets et qui reste d'une intensité dramatique hors norme dans toute la série.

Après un petit chef-d'oeuvre, la mission devenait délicate pour le réalisateur de se surpasser lui-même. Malgré un léger manque d'inspiration sur le scénario, Spectre s'avère être un Bond divertissant qui reprend les vieux codes de la saga autour du tryptique, suspense-glamour-humour. Sam Mendes assure le job avec un blockbuster rondement mené qui puise sa quintessence dans l'utilisation du souvenir lié au passé de 007 qui doit faire face à ses fantômes. La fameuse scène d'ouverture du populaire carnaval mexicain décoiffe littéralement... costumes de folies, courses-poursuite, cascades, paysages magnifiques, l'aventure se suit avec plaisir.

VIDEO
video
007 SPECTRE – Bande-annonce finale - VF

La mise en scène de Mendes est brillante et le film se distingue par son élégance visuelle et sa différence esthétique. Tel un défilé de tableaux d'une grande beauté picturale, le chef opérateur Hoyte Van Hoytema (Interstellar) cherche la couleur, le contraste, et nous offre un jolie travail de l'image, avec des plans vertigineux aux quatre coins du monde, des montagnes autrichiennes au désert marocain, en passant par Rome, Tokyo, Tanger, Londres, bref.. tout est beau et minutieusement cadré.

Le réalisateur tire le meilleur de ses comédiens, avec Jesper Christensen (M. White), Ben Whishaw, le petit génie de l'informatique (Q) et pour la première fois Christoph Waltz (Oberhauser) dans la peau d'un chef suprême, ennemi de Bond, et qui connait suffisamment son passé pour s'en servir comme une arme. L'occasion de retrouver aussi en incandescente veuve italienne, Monica Belluci (Lucia Sciarra), dans des scènes de séduction d'une grande sensualité, ou encore Léa Seydoux (Swann) en James Bond girl idéale, se donnant à fond dans les scènes d'action dangereuses. Un tournage d'ailleurs marqué par des accidents, et très éprouvant selon les acteurs. "On a sué... sur ce film" a dit Sam Mendes qui lui aussi, semble-t-il, a clos son parcours James bond.

Depuis le début de l'ère Craig avec Casino Royale, on découvre un Bond quasi mortel, dans trois films consécutifs à caractère feuilletonnant qui s'éloignent de la saga aux épisodes formatés. Avec Spectre, apparu pour la première fois en 1962 dans James Bond contre Dr No, on fait un Bond en arrière, avec des références aux épisodes les plus anciens, d'ou l'intérêt d'avoir vu les vieux James Bond pour saisir ces multiples clins d'oeils. Dans ce dernier volet, c'est du "grandiose", avec une manière surréaliste d'aborder l'action spectaculaire, comme par le passé. Ce qui, finalement, pour les fans de la mythologie Bond, n'est pas plus mal.

Souvenons-nous, que Bond sort d'un échec et refait surface, alors qu'il n'a pas réussi à sauver M dans sa dernière mission Skyfall. Aura t'il l'occasion de se racheter ? La réponse est sur les écrans : Spectre le 24e épisode des aventures de James Bond.

Résumé: Un message cryptique surgi du passé entraîne Bond à enquêter sur une sinistre organisation baptisée SPECTRE. Alors que l'utilité du MI6 est remise en question, M doit faire face au nouveau patron des services secrets pour que son service puisse continuer à opérer. De son côté, Bond réussit à infiltrer l'organisation secrète et va découvrir qu’il existe une terrible vérité entre lui et le mystérieux ennemi qu'il traque.

Source : Sony Pictures - Crédit : Sony


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :