post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

TIKO, l'imprimante 3D de pointe accessible au grand public



Cette imprimante 3D a fait un carton sur Kickstarter et devrait faire sensation auprès d'un large public pour son prix serré, son design et ses performances.

A l'instar d'Internet, l'impression 3D est une technologie numérique adoptée par les particuliers à partir des années 2000, mais c'est surtout le développement des services d'impression tridimensionnelle en ligne qui ont permis d'engager cette aventure avec le grand public. Longtemps réservées aux industries de pointe, les imprimantes 3D, malgré leur caractère innovant, génèrent encore pour le moment quelques incertitudes dans les foyers, car les modèles développés jusqu'à maintenant manquent parfois de précision et elles restent assez onéreuse à l'achat dans la mesure ou les applications pour les particuliers sont encore assez limitées.

Cela dit, ce marché de masse de l'impression tridimensionnelle se démocratise très vite et devrait peser, plus de 4 Mds€ en 2017 pour atteindre 8 Mds€ à l'horizon 2021. Un potentiel économique qui s'explique en grande partie par l'arrivée au cours des 5 dernières années, de nombreux fabricants qui ont contribué à rendre cette technologie accessible à tous en proposant des appareils de moins en moins chers, de plus en plus performants, et simples d'utilisation, à l'image de la nouvelle imprimante 3D Tiko.

Fruit de l'imagination d'une jeune startup canadienne, Tiko vient de boucler avec exploit sa campagne de financement participatif sur Kickstarter. Malgré un défi technologique de taille, Tiko a recueilli grâce à 16.538 contributeurs, près de 3 millions de dollars de promesses de dons, soit 30 fois plus que les 100.000 euros demandés à la base ! Ce succès n'est certainement pas dû à un hasard, et s'explique par des améliorations qui portent sur l'ensemble des procédés de l'impression 3D.

Tiko a effectivement plusieurs attraits à faire valoir face à la concurrence pour produire des objets : son faible prix tout d'abord, qui devrait être de 170 euros grâce à sa conception monobloc nécessitant moins d'assemblage ; sa facilité de prise en main et d'utilisation via le WiFi, sa précision grâce à une fabrication parfaite des pièces dans un espace clos, ou encore, son logiciel non propriétaire de réalisation 3D avec la possibilité de télécharger des fichiers 3D, inclus le pilotage à distance de l'imprimante depuis votre smartphone.

En somme, voici donc l'un des premiers projets d'imprimantes 3D qui pourraient être accessibles au public, aussi bien grâce à son prix et sa facilité d'utilisation qu'à son ergonomie et sa robustesse. Pour Matt Gajkowski, PDG de Tiko 3D, elle représente vraiment l'opportunité de se positionner sur une marché grand public en pleine croissance.

Précuseur en la matière, Tiko fonctionne dans un environnement fermé avec trois bras articulés qui modifient la position de la tête d'impression via un déplacement tridimensionnelle qui permet de réaliser des impressions 3D précises, sans avoir besoin d'utiliser les équipements coûteux d'un chariot mobile et de tout l'appareillage qu'exigent les autres imprimantes du marché.

Un autre signe qui ne trompe pas les utilisateurs, sa technologie de fabrication par filament fondu se réalise avec du PLA de 1,75 mm de diamètre, un des meilleurs choix de matériau, avec un filament propre, plus abordable et largement répandu chez les fournisseurs français. Les deux matériaux les plus utilisés étant le PLA et l'ABS, ce dernier privilégié par de nombreuses industries pour fabriquer des objets en grande série, comme les briques Lego.

A un tel prix, cette petite machine, selon le constructeur, semble vouloir rivaliser avec les modèles d'imprimantes 3D FDM du marché qui coûtent généralement largement plus de 1 200 euros. La commercialisation de cette imprimante 3D, qui pourrait proposer un excellent rapport qualité/prix, devrait intervenir d'ici fin 2015 - début 2016.


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :