post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

Comment offrir un tremplin à votre carrière avec un MBA



Les MBA sont des formations sélectives et valorisantes destinées à des cadres ou des étudiants sans expérience professionnelle, qui permettent le plus souvent de revaloriser son salaire ou d'accéder à des postes-clés.

Tout droit venu des Etats-Unis, créé au début des années 20 par des anciens de Harvard, le Master of Business Administration, en abrégé MBA, peut évoquer chez certains postulants, un produit marketing tendance de la formation continue plus q'un véritable cursus de haut niveau en management. Car les MBA sont partout ! ces diplômes ont, depuis, fait de nombreux émules en Europe et en Asie avec toute un palette de formations généralistes ou spécialisées, qui foisonnent et se vendent comme des produits marketés "booster de carrière".

Une fois le diplôme obtenu, le MBA permet d'acquérir de meilleurs revenus (entre 60.000 et 100.000 euros bruts par an) et d'atteindre des postes à très hautes responsabilités dans les grandes entreprises. Un véritable challenge qui va devenir une stratégie pour franchir et/ou dépasser le plafond de verre, autrement dit les "freins invisibles" qui bloquent l'accès à des postes de direction dans une firme à dimension internationale.

En France depuis les années 70, le fameux passeport en management pour propulser sa carrière dans les hautes sphères n'a pas toujours séduit les écoles de commerce, les candidats, ou même encore, les responsables des ressources humaines pour qui prédominent le diplôme initiale d'études supérieures. S'il plaît beaucoup aux recruteurs aujourd'hui, c'est parce qu'il rentre dans un long cheminement, car il faut aussi dénicher le candidat idéal avec un projet professionnel solide pour suivre cette formation s'avérant très exigeante pour réussir ce diplôme reconnu dans le monde entier.

Le candidat type ? des cadres confirmés, managers, ingénieurs, experts, ou même des grands sportifs, avec une expérience professionnelle d'au moins trois ans dans des secteurs d'activité aussi pointus que variés, qui veulent évoluer, mais aussi, dotés d'une forte motivation et d'une grande disponibilité pour suivre assidûment des cours souvent dispensés intégralement en anglais, une langue à maîtriser parfaitement pour suivre ce cursus intensif à temps plein ou temps partiel d'un ou deux ans.

Ensuite, l'apprenant doit posséder une base de connaissances très solides, par exemple, un Bac+3 validé et 5 ans d'expérience professionnelle significative, ou encore un Bac+5 et 3 ans d'expérience professionnelle significative. Le dernier point, son coût élevé un réel investissement – entre 25.000 euros et 60.000 euros –, peut en dissuader plus d'un, sans compter que la concurrence est rude pour intégrer un Master of Business Administration après une sélection rigoureuse.

Dans l'Hexagone, le MBA s'est rapidement développé dans les écoles, mais toutes les formations ne se valent pas, certaines sont reconnues, d'autres moins. En somme, il faut bien choisir son MBA, l'adapté à son profil et souvent aussi à son réseau professionnel pour déterminer avec soin la meilleure formation qui corresponde le mieux à son cas personnel et à ses attentes. De très nombreux établissements se sont mis à proposer des MBA généralistes, parmi les plus prestigieux en Europe, comme l'Insead situé à Fontainebleau (régulièrement classé dans le top 10 des écoles de commerce non américaines du Financial Times), HEC PARIS, l'Executive MBA Dauphine ESG-UQAM ou encore la London Business School, mais d'autres ont choisi de se positionner avec succès sur des marchés de niche avec des MBA sectoriels.


A LIRE AUSSI, Ecoles d'ingénieurs, un vent nouveau souffle sur l'industrie

La voie tracée vers la réussite avec un MBA en poche repose désormais sur sa spécialisation qui correspond à un besoin actuelle du marché. En effet, la majorité des MBA créés dans l'Hexagone, sont des diplômes spécialisés, à l'instar du programme Aerospace MBA lancé à l'horizon 2000 par le Groupe ESC Toulouse, précurseur des MBA spécialisés dans une région orientée autour des industries aérospatiales, un essai transformé en 2009 avec un nouveau programme en transport et logistique. On peut encore citer, Kedge Business School, EX-Euromed Marseille avec son Maritime MBA, le Wine MBA à Bordeaux Business School, ou encore, l'Essec avec son programme en management international des marques du luxe.

Tous les ans, le Financial Times dévoile sa top liste des meilleurs MBA mondiaux. Dans l'édition 2015, l'Insead occupe la cinquième place et HEC la seizième place, les autres Business Schools françaises sont absentes du top 100, dont l'EMLyon Business School , en 95e position l'an dernier. Au-delà de la notoriété des établissements, il est important de vérifier sa dimension internationale, de passer à la loupe les contenus des programmes, des cours généraux aux options, jusqu'à la qualité et la diversité de l'encadrement professoral offert aux étudiantes et étudiants, mais, le plus important avant d'opter pour un MBA, reste de déterminer ce que l'on a envie de faire après.

Les différents types de MBA

Le MBA full-time en 2 ans : Le full-time MBA est choisi par 50 % des postulants, c'est la formule la plus classique du MBA et le modèle le plus courant aux Etats-Unis.

Le MBA full-time en 1 an : Ce cursus est particulièrement intensif car il réunit sur une préiode plus courte entre 9 mois et 1 an la totalité du programme de 2 ans.

Le MBA part time : C'est la formule en alternance sur une durée de 18 mois à 2 ans, aménagée avec des cours du soir et/ou le week-end ou autres semaines avec des cours bloquées.

L'Executive MBA : Il s'adresse aux cadres dirigeants justifiant d'une expérience professionnelle significative de 3 à 5 ans d'expérience.

Global MBA Rankings 2015 - Classement mondial - Financial Times

Source: http://rankings.ft.com/


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :