post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

Comment trouver un nom de marque efficace pour le web



Pour frapper les esprits et obtenir un maximum d'impact sur le web, il faut aussi faire le choix d'un nom de marque fort. Voici les pistes esquissées pour gagner ce défi en quelques étapes et réussir le lancement d'un site ou d'une startup.

Avec plus de 2 milliards d'internautes dans le monde, les clients potentiels se comptent en centaine de milliers de visiteurs sur le web francophone, mais avant qu'ils arrivent sur votre site web, il faudra réussir à capter leur attention dans les SERPs. Mission impossible ? Loin de là si les objectifs à atteindre ont été correctement définis pour trouver un nom de marque efficace.

Dés le départ, il est donc préférable de choisir un nom de site accrocheur qui explique déjà le produit ou le service, surtout si les internautes ignorent encore la nature de votre activité. Pour être percutant, le nom doit mettre en avant les atouts d'un produit ou service. Par exemple, annoncer le concept qui se cache derrière une nouveauté, ou encore évoquer certaines qualités du produit qui font la différence... les pistes sont à creuser.

Sur et hors de l'Internet, avoir un nom de marque fort et qui explique quelque chose, sont des atouts essentiels car au même titre que pour un produit le nom d'un site web peut influencer son succès.

Un autre point important à vérifier sur le web, concerne la disponibilité de votre nom de domaine de surcroît sous différentes extensions, car il va falloir faire en sorte que la marque corresponde à un nom de domaine disponible.

Autrement dit, si votre nom de domaine est la déclinaison numérique de votre marque, mettre en place une méthodologie de recherche peut vous éviter quelques écueils. Vous augmenterez vos chances de trouver la perle rare en procédant avec méthode et en respectant des étapes chronologiques.

L'exemple d'une marque pour expliquer son produit

Attention aux effets de mode et à l'utilisation d'un néologisme. Ce type de choix nécessite souvent des grande idées de Com' et un budget conséquent pour imposer la marque dans l'esprit du public. L'histoire montre aussi qu'avoir une bonne idée ne suffit pas, il faut aussi l'avoir au bon moment. A la fin des années 90 Yahoo!, Kelkoo, Wanadoo, et bien d'autres ont surfé sur la mode d'une terminaison de nom avec un double OO.

A l'horizon 2000, c'est le début des guides d'achats en ligne, en France les internautes ignorent encore les rouages d'un comparateur de prix. Les pionniers arrivent sur le marché, ils s'appellent, Bravonestor, Buycentral et Kelkoo. Le direction marketing de Kelkoo veut allez vite pour faire connaitre la marque et expliquer ses services au grand public. Des agences de talents sont dans les starting-blocks, DBB et Business.

Sur le marché français, rapidement la startup s'offre une campagne TV de génie avec « Le Suisse fou de coucous qui en trouve de nouveaux grâce à kelkoo ». A l'époque, la marque est mémorisée par 82% des téléspectateurs selon un étude de l'Ifop. Toutefois, seulement un tiers des téléspectateurs a réellement compris les services du site.

Qu'à cela ne tienne, la campagne suivante enfoncera le clou avec un effort pédagogique pour expliquer le site Kelkoo. Les spots TV marquent les esprits dans un minimum de temps, c'est un succès ! L'audience explose, la notoriété de la marque est lancée, mais le plan média est musclé et le budget est colossal pour une jeune pousse. Il faut de l'audace pour suivre ce plan d'action, mais l'efficacité est telle que la pub kelkoo a largement participé à faire connaitre les comparateurs de prix en France.

Méthodologie pour trouver un nom de marque

Pour trouver notre nom pas question d'improviser ni de se précipiter, cela demande au contraire une bonne dose de réflexion préalable.

Deux cas peuvent se présenter :

  • 1 - votre marque est déposée à l'INPI et le nom du site sera le nom de l'entreprise déjà en activité : sauf cas de cybersquatting, cela ne devrait poser aucun problème.
  • 2 - votre startup n'est pas créée : l'élaboration d'un nom de marque efficace passe par l'analyse de la situation pour définir un cahier des charges.

1. L'Etape préparatoire

Avant de sortir la boite à idées, il est nécessaire d'analyser la situation pour définir un cahier des charges.

Evaluer : La Cible et l'ambition de la marque sur Internet

  • A qui votre site est-il destiné ?
  • Quels sont ses atouts ?
  • Quelles sont ses faiblesses ?
  • Quelle image ont les utilisateurs de votre marque ?
  • Quels noms portent les sites concurrents de votre secteur ?
  • Quel est l'objectif de communication ?
  • A quelle échelle va t'on communiquer ?
  • Dans quels pays ?

Après avoir répondu à ce questionnaire, vous pouvez maintenant :

Définir : Le cadre général de recherche du nom

  • Quelle langue choisissez-vous pour communiquer ?
  • Préférez-vous créer un nouveau mot ?
  • Sera t'il facile à retenir ou pas ?
  • Constitué en un seul mot ou composé ?
  • Sera t'il court ou long ?

2. La phase créative

Une fois les priorités et les contraintes définies, vous pouvez passer à la phase créative. Pour cette étape, il est préférable de réunir un petit groupe pour inter-réagir autour du projet. Des responsables du marketing, de la communication, du commercial, mais aussi de la production, sont conviés à une séance de création participative menée par un animateur.

Il s'agit maintenant de faire fonctionner la boite à idées. Une séance de travail doit aboutir à un maximum de propositions sans tenir compte du cahier des charges et toutes les idées sont à noter même les plus farfelues. A l'issu de ce brainstorming, vous devriez vous retrouver avec 200 propositions ou plus, un objectif à quantifier dès le départ.

C'est le moment maintenant d'effectuer un premier tri et de créer une short-list à partir des objectifs et des contraintes du cahier des charges. Dans ce dernier exercice, il faut filtrer puis dégager les propositions les plus pertinentes. Le groupe de travail devrait aboutir à une sélection d'une dizaine de noms qui font l'unanimité des participants.

3. La validation juridique et Whois

La dernière étape est souvent la plus compliquée, d'où l'importance de disposer au minimum de 4 ou 5 noms en réserve. En effet, c'est souvent là que surgissent les désillusions, car les opportunités de faire le bon choix sont réduites, si l'on compte plus de 300 millions de noms de domaines dans le monde (source nefcraft).

Une solution alternative consisterait par exemple à créer une combinaison de deux mots, ou viser uniquement les extensions principales pour le Whois (.fr, .com). Il faut savoir aussi que dans la base INPI, vous avez le droit d'utiliser un nom (non notoire) déjà existant, s'il n'est pas dans la même catégorie que la vôtre.

Il devient donc difficile de trouver à la fois une appellation disponible à l'INPI et au WHOIS, d'où certainement cette idée de l'ouverture des noms de domaines avec des caractères spéciaux et du lancement des nouvelles extensions Internet par l'Icann.

Pour faciliter vos recherches d'antériorités, l'Inpi offre sur son site, un service de recherche sur l'ensemble des marques françaises, communautaires et internationales. Lorsque vous déposez votre nom à l'INPI, il est protégé pour 10 ans, en revanche la réservation d'un nom de domaine est renouvelable chaque année pour le suffixe .fr, avec la possibilité de réserver pour 2 ans ou plus les autres extensions (services de recherche Whois).

Notes

[1] Crédit photo : Par Boetter (Creative Commons By-2.0)
[1] Mis à jour le : 12/07/2012


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :
BOP