post
Credits
Image voir Notes de fin - Article: , Surfandbiz

EDI et ECR



Les avantages de l'EDI sont multiples, on peut citer tout d'abord : le gain de temps, une plus grande fiabilité, une traçabilité des produits, mais surtout un gain de coûts d'expédition.

Les avantages de l'EDI sont multiples, on peut citer tout d'abord : Le gain de temps : une seule saisie au lieu de 4 à 5 pour un document. De plus, quelques secondes pour la transmission des données par rapport à plusieurs jours pour un courrier par la poste. Une plus grande fiabilité : la multiplication des saisies est une source d'erreurs et donc de litiges. Une traçabilité des produits : dans le transport et la logistique où cela permet à chaque instant de suivre un colis. Enfin, c'est un avantage économique : qui peut être important. Il comprend tous les gains liés à une optimisation de productivité, mais surtout un gain de coûts d'expédition.

En France, en 1972, la société Gencod a été la première à proposer un langage pour l'échange de données informatiques. L'information est contenu dans le célèbre code-barres, que l'on retrouve maintenant sur la quasi-totalité des emballages. Gencod crée en 1989 son réseau électronique: Allegro. Il est rapidement devenu le standard en France, mais présentait un inconvénient: son langage est franco-français ce qui est pénalisant pour les échanges internationaux. Parallèlement, en 1987 l'ONU développait un langage normalisé, multisectoriel: Edifact (Electronic Date Interchange for Administration Commerce and Transport). Ce standard était devenu nécessaire, car imaginons deux sociétés ayant des langages différents, deux formats de fichiers étaient nécessaires pour s'échanger des données. Il en fallait 22 pour quatre sociétés, et 9900 pour 100 entreprises. Ce développement a permis la création d'autres logiciels qui ce sont spécialisés dans différents domaines d'activité. On peut notamment citer : Allegro,Atlas 400 de France Télécom qui fonctionne avec les deux langages : Edifact et Eancom. Edifact a été décliné en fonction de besoins particuliers de différents secteurs professionnel :

- Edisport est spécialisée entre les distributeurs d'articles de sport et leurs fournisseurs.
- Editransport a été développé pour les entreprises de transport.
- Ediconstruct dans l'univers du BTP.
- Editex Spécialisé dans le monde du textile.
- Edipharm qui s'adresse à l'industrie pharmaceutique.
- Edijouet circuit du jouet.
- Gallia système qui relie les constructeurs automobiles et leurs sous-traitants.

1.1 Les applications :
Souvent les GMA ont poussé leurs fournisseurs vers l'EDI et les industriels s'y sont pliés. Cela dit, TEFAL en a profité pour mener une politique de partenariat avec ses propres fournisseurs. Dès 1992, elle crée avec ces derniers quelque soit le secteur (aluminium, imprimerie, emballages, pièces en bakélite) et ses sous-traitants, un groupe de travail pour mettre au point les messages. L'objectif à terme est d'optimiser la production en juste à temps en partant de l'état des stocks des fournisseurs. On se rendre compte dès lors, que l'un des effets induits de l'EDI est: la fidélisation entre partenaires. Ainsi des sociétés telles que Guilbert, ont introduit dans leur stratégie de fidélisation l'EDI. Travailler avec un client sur un projet commun autre que commercial, renforce les liens .... commerciaux. Guilbert dialogue en EDI avec ses plus gros clients (commandes, catalogues, avis d'expéditions, facturations). Il en fait de même avec ses fournisseurs. Les applications de l'EDI sont multiples, et les avantages retenus par les utilisateurs variés. Il est un secteur d'activité où l'EDI est particulièrement utilisé, c'est la grande distribution avec ses fournisseurs.

1.2 Application dans la grande distribution
De Auchan, qui ne cache pas son ambition de communiquer d'ordinateur à ordinateur avec 6000 de ses fournisseurs, à Intermarché, qui s'apprête à adresser 50% de ses commandes par EDI, tous ont trouvé suffisamment d'avantages à l'EDI pour l'imposer à leurs fournisseurs. Si on suit le cheminement d'une commande en EDI, on peut obtenir le scénario suivant :
J-1, 17 h. Un magasin Leroy-Merlin de Lille commande par EDI 30 pots de peinture aux Peintures Julien, à Marseille.
J, 6 h. Les peintures Julien ouvrent leur boîte aux lettres électronique.
ƒ J, 8h15. Notification par EDI de la commande à l'entrepôt Julien de Lille.
„ J, 10 h. Mise sur palette de la commande pour envoi au client.
… J, 13 h. Message EDI du siège au magasin Leroy-Merlin indiquant que la commande a été traitée.
† J, 18 h. l'entrepôt envoie par EDI le récapitulatif des envois de la journée au siège et au transporteur Dubois.
Le siège envoie à la fabrication les demandes de réapprovisionnement des entrepôts.On pourrait continuer avec l'envoie d'une facture dans la boîte aux lettres de Leroy-Merlin, le paiement de celle-ci par ordre de virement à la banque.
Mais ce n'est pas tout. La grande distribution et ses fournisseurs recherchent des terrains d'entente pour réduire les inconvénients liés à l'existence d'un double circuit logistique qui grève les coûts. Le double mouvement de concentration : des groupes industriels, d'une part, et des distributeurs, d'autre part, oblige les deux parties à simplifier leurs organisations logistiques. Cela les a amenés à considérer ensemble sous un jour favorable l'ECR. Efficient Consumer Response (ECR) c'est un nouvel outil que pensent avoir trouvé les distributeurs et leurs fournisseurs dans la chasse aux surcoûts. Le concept a été lancé lors de la conférence du Food Marketing Institute (FMI) en 1992. Cette technique est arrivée en Europe en 1994 sous l'initiative d'enseignes de distribution et d'industriels parmi lesquelles on peut citer : Auchan, Promodes, Ikea, Coca-Cola, Mars, Unilever, Nestlé, Danone, Jonhson & Jonhson...

2- L'ECR:
Aujourd'hui tout démarre de l'achat. La philosophie de l'ECR est de tout commencer à partir des ventes. Cela est rendu possible grâce à deux technologies : le Scanning, pour récupérer les données, l'EDI pour leurs transmissions rapide vers les fournisseurs. Ainsi chez Auchan, l'entrepôt de Vitrolles récupère chaques soirs les données de vente (PGC) de l'hypermarché de Nice. Ces données sont transmises ensuite à Danone. Cela permet à l'industriel d'ajuster ses livraisons quotidiennes, et donc, de mieux contrôler les flux, de les adapter aux fluctuations saisonnières pour certain (Coca-Cola), journalières (Danone). Pour benoît Tresca , c'est « créer un micromarketing de proximité ». Cela impose de tout mettre à plat et de changer radicalement les méthodes de travail. l'ECR introduit de nouveau rapport entre les belligérants. Les relations deviennent de type \" gagnant-gagnant \". Ainsi, selon une étude commandée par Coca-Cola, le bénéfice lié à l'ECR en France, serait de l'ordre de 2,4% du chiffre d'affaires aux prix de vente détail. Plus de la moitié des gains de productivité (60%) iraient aux distributeurs, et ce, principalement au niveau de la logistique, mais également sur le marketing. 40% de ces bénéfices iraient aux l'industriels. Par ailleurs, un avantage difficilement quantifiable, mais réel, au profit de la grande distribution provient du flux tendu. En effet celui-ci permet d'éviter les ruptures de stocks à l'origine d'une perte importante de chiffre d'affaires ; et ce, principalement au niveau des produits saisonniers. Un autre avantage, c'est l'automatisation des commandes. En effet en analysant très finement les données du scanning, il devient possible de calculer en continu les prévisions de vente, et de générer les approvisionnements correspondants. Pour le chef de rayon , il ne s'agit pas d'une perte de pouvoir, mais d'un gain de temps lui permettant de ce concentrer plus finement sur son vrai métier qui est de vendre et non compter pour acheter. Cela dit un problème important surgit dans la mise en place du processus. Il s'agit des promotions. En effet elles se font toujours dans une logique d'achats, et non de vente. Ces promotions amènent le distributeur à constituer des stocks de marchandises qui empêchent une planification réaliste de la production. De plus, les promotions en tout genre ont instauré une véritable pagaille dans la gestion des codes-barres. Normalement, chaques promotions devraient entraîner une modification du code EAN. Mais pour un simple changement de code-barre, les distributeurs réclament aux fournisseurs des sommes qui peuvent aller jusqu'à 8.000 F par ligne, et par magasin. Cela a amené les industriels à tricher. Les informations apportées par le gen-code ne sont plus correctes, et les analyses hasardeuses. Faut-il donc, pour passer à l'ECR supprimer les promotions ? Comme le pense Alain Fontenay ou séparer le fond de marque des activités promotionnelles et analyser les résultats d'un article ou d'une promotion dans une catégorie de produits? Comme le préconise Olivier Géradon de Vera. En posant ce problème on s'aperçoit que l'un des bénéfices de cette méthode, est la nouvelle philosophie des rapports entre distribution et industriels. Cette nouvelle donne les rend plus imbriqués les uns avec les autres.

En conclusion
On doit considérer que ce qui a motivé la mise en place de ces outils, a été la recherche permanente de gain de productivité sur les postes de gestion et de logistique. Lorsque ces gains de productivité se font aussi bien chez le fabricant, que chez le distributeur, la synergie entre les deux se met en place rapidement, et avec beaucoup d'efficacité. Par ailleurs tous ces gains ont été rendus possible grâce à la formidable augmentation de capacité et de puissance de l'informatique.
Quelle sera la prochaine étape ?
Le magasin virtuel, via Internet, prendra plus d'importance qu'il n'en a actuellement. Le consommateur considérera que prendre sa voiture, faire les courses dans la foule du samedi, les transporter chez lui comme une véritable corvée devenue insupportable. Peut être préféra-t-il les faire en toute sérénité devant son P.C. le dimanche ou à toute autre moment à sa convenance, sans dépendre des contraintes d'ouverture du magasin. L'avantage logistique deviendra alors évident pour un distributeur qui concentrera ses M2 pour le stockage : grandes bases logistiques d'où partiraient des coursiers. Voilà ce que pourraient être les enjeux et les défis de demain.

V. de Charette

Notes

[1] Crédits photo : Rayphua (Creative Commons By 2.0)


   A lire aussi

  • A la Une en ce moment sur le réseau

       Suivez sur Twitter les gazouillis et l'info en continue sur les tags :